Jeux d’égo

« AlphaGo » nous entraîne dans les coulisses de la victoire de l’IA développée par DeepMind sur Lee Sedol, multiple champion du monde de go. Pour la première fois dans l’histoire, une machine terrassait le meilleur joueur humain de go de la planète. Un documentaire qui souligne un peu plus les incroyables capacités de l’intelligence artificielle et les difficultés pour l’homme à les appréhender.

Tout commence dans la région bordelaise où vit Fan Hui, le champion d’Europe de jeu de go. Celui-ci reçoit une invitation de DeepMind, entreprise britannique spécialisée dans l’intelligence artificielle, à venir défier son nouveau programme AlphaGo. La victoire de l’IA sera nette et sans appel : 5 manches à 0. La preuve est dorénavant faite que l’ordinateur peut vaincre les meilleurs joueurs de go. Prochaine étape, organiser un match contre le meilleur d’entre eux, le sud-coréen Lee Sedol. Le principe de la rencontre est validé et les ingénieurs de DeepMind s’envolent avec la dernière version de leur programme sous le bras pour Séoul où aura lieu le match entre AlphaGo et le champion du monde.

Immatérialité de l’IA

On plonge alors au cœur de l’événement. Le jeu de go est une institution en Asie et l’emballement médiatique autour de la rencontre Lee Sedol/AlphaGo est immense. Le documentaire nous rend passionnantes les parties de go entre le sud-coréen et l’IA. Pas de besoin de connaître les règles du jeu, ce qui rend la rencontre captivante ici c’est le contraste entre les doutes que l’on peut lire sur le visage de l’humain et l’aspect froid, mécanique de la machine, dont chaque mouvement est analysé sur une multitude d’écrans par les développeurs informatiques. Le moment où le joueur sud-coréen jette un regard sur celui qui lui fait face, essayant probablement de lire sur son visage la logique de sa stratégie, alors qu’il a en face de lui une personne ne faisant qu’obéir aux ordres de la machine, est en ce sens particulièrement marquant.

Capture d_écran 2018-03-17 à 10.15.43
« Wake me up before AlphaGo go go » (air connu)

Au-delà de l’événement autour de cette partie de go, le film nous interpelle directement sur notre rapport à la machine. Il est intéressant de noter à quel point Fan Hui et Lee Sedol sont confiants avant d’affronter AlphaGo; ils n’envisagent même pas la défaite d’une seule manche. Le contraste est saisissant quand ils commencent à réaliser que la partie ne sera finalement pas facile et même impossible à gagner. Ils doivent se rendre à l’évidence : leur simple cerveau humain, quoique brillant, est bien inférieur à la machine. Lorsqu’AlphaGo remporte la 3ème manche aux dépends de Lee Sedol, assurant ainsi la victoire du programme informatique, le joueur sud-coréen n’a d’autre choix que de présenter ses excuses à la nuée de journalistes présents. L’ordinateur a battu l’homme. Son ego, et par là même l’ego de toute l’humanité, en prend un sacré coup.

Le 78ème coup de Dieu

Le match continue néanmoins avec une 4ème manche qui à elle seule vaut le détour. Lee Sedol semble enfin avoir trouvé une faille dans les lignes de code. Les développeurs d’AlphaGo scrutent leurs écrans, inquiets, mais persistent à penser que leur programme « aura peut-être une idée de génie », l’anthropomorphisant par la même occasion. Lee Sedol remporte finalement la manche. Il n’avait qu’une chance sur 10000 de jouer son 78ème coup comme il l’a fait, faisant ainsi basculer la partie en sa faveur. Certains commentateurs qualifieront ce coup de divin. L’homme ne suffit plus pour vaincre la machine, se hisser au niveau de Dieu devient nécessaire. Les supporters sud-coréens manifestent leur joie et leur soulagement : le cerveau peut encore venir à bout l’ordinateur.

Capture d_écran 2018-03-17 à 10.49.53
J’ai le plaisir de vous présenter le nouveau meilleur joueur de go de la planète…

AlphaGo remportera finalement la dernière manche validant encore un peu plus le travail des développeurs de DeepMind. Mais alors, si l’intelligence artificielle se révèle meilleure que l’homme au jeu de go -et demain dans bien d’autres domaines-, qu’en est-il de l’épineuse question éthique ? Comment contrôler cette IA qui progresse à toute vitesse et s’assurer qu’elle ne sera pas nuisible à l’homme ? Le film n’aborde que très superficiellement cette question, soulignant surtout que l’association homme-machine peut pousser l’homme à se dépasser et in fine lui être bénéfique. Si cet argument est recevable tant que les intelligences humaines et artificielles sont comparables, qu’en sera-t-il lorsque l’IA aura surpassé les capacités du cerveau humain ? La réponse n’interviendra que dans quelques années, et peut-être bien plus vite que nous ne pourrions le penser.

« AlphaGo » est disponible sur Netflix

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s